• Vers ni sages ni méchants.

    Je vous annonce la couleur,
    Du tableau que vous allez voir,
    Il n'expose aucune douleur,
    Car j'ai cessé d'broyer du noir.

    C'est encore l'amour pourtant,
    Que je vais tenter de dépeindre,
    Par petites touches seulement,
    Car je n'ai de cesse de le craindre.

    Ça peut paraître surréaliste,
    Que je puisse brosser un portrait
    Qui ne soit nullement pessimiste,
    Envers ce terme si abstrait.

    Je n'pouvais plus l'voir en peinture,
    Il m'en avait mis plein la vue,
    J'ai ensuite revu ma lecture,
    Et ai changé de point de vue.

    J'ai simplement gommé les tâches,
    Qu'il m'avait causées, rebondi,
    Certains estimeront que c'est lâche,
    D'avoir mes angles arrondi.

    C'est peut-être de la poudre aux yeux,
    Tout juste une belle allégorie,
    Que je le trouve si joyeux,
    Car j'aime amuser la galerie.

    Il en est le grand responsable,
    Car l'amour n'est in-extenso,
    Qu'impressionnisme irraisonnable,
    Je m'en mélange les pinceaux.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :