• Avec perte et tracas.

    Il est des choses qu'on n'peut prévoir,
    Qui donnent du piquant, du piment,
    Qu'on ne pouvait pas concevoir,
    Qu'on pensait dures comme du ciment.

    Parfois, sans s'en apercevoir,
    On ne digère plus l'aliment,
    De celui qu'on pensait pouvoir,
    Etre notre seul condiment.

    Au risque de se décevoir,
    On s'accroche à son détriment,
    On s'invente des droits, des devoirs,
    Pour tout vous dire c'est déprimant.

    Après l'beau temps, il peut pleuvoir,
    C'est juste un réassortiment,
    Qu'on peut essayer d'entrevoir,
    Comme avant un licenciement.

    On se heurte alors au pouvoir,
    D'enclencher seul le châtiment,
    Ou faire fin de non recevoir,
    Mépris noyé de compliments.

    C'est inutile de s'émouvoir,
    De se conter des boniments,
    En amour, faut juste savoir,
    Ne jamais faire de sentiments.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :