• Je connais la musique.

    Cette musique expérimentale,
    Nous croyons la jouer en chœur,
    C'était qu'un brouhaha mental,
    Ampli de fausses notes et d'erreurs.

    Certains, nous l'avaient signalé,
    Nous connaissions tout nos classiques,
    On a quand même voulu aller,
    Bien plus vite que la musique.

    Je devais être un peu timbré,
    Je trouve ça aujourd'hui risible,
    Mais tu avais su faire vibrer
    Ce qu'on nomme la corde sensible.

    Sans même accorder nos violons,
    Nous avons agit en sursaut,
    Le temps nous semblait bien trop long,
    Nous n'avons joué qu'un morceau.

    Nos oreilles étaient aveuglées,
    Prises de surdité chronique,
    On croyait nos deux vies réglées,
    Comme du papier à musique.

    On s'est retrouvés débordés,
    Peu à peu, on montait d'un ton,
    On était juste désaccordés,
    T'étais ténor, moi baryton.


    A force d'être idéaliste,
    J'ai succombé à l'amalgame,
    Sans distinguer qu'j'étais soliste,
    Et toi largement polygame.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :