• Emotions de censure.

    L’amour a parfois des allures,
    De vraies campagnes électorales,
    On se fait des promesses qui durent,
    Juste le temps que tout aille mal.

    Ce qu’on a pu se dire ne tient,
    Que pour la durée du mandat,
    Les cœurs de pierre manient si bien,
    Ce qu’on nomme la langue de bois.

    Moi je rêvais d’être candidat,
    A la présidence de ton cœur,
    Et je m’y suis brûlé les doigts,
    J’en ai maintenant de la rancœur.

    J’espérais être l’heureux élu,
    Le grand vainqueur de ton amour,
    J’ai juste été comme dissolu,
    J’n’ai pas passé le premier tour.

    Des divisions, des divergences,
    C’est sûr, on en avait des tas,
    Et je regrette quand j’y pense,
    De n’pas avoir fait d’coup d’état.

    Malgré ma grande timidité,
    J’ai essayé de gouverner,
    Et c’est à l’unanimité,
    Qu’on constate que tu m’as berné.

    La dissolution était dure,
    Je n’m’en relèverais pas d’si tôt,
    T’as r’jeté ma candidature,
    En usant de ton droit d’veto.

  • Commentaires

    1
    Mardi 6 Juin 2006 à 14:30
    Tu es un peu perdu...
    entre Slam et académiques Octosyllabes, il faudrait peut être choisir mais tes textes sont intéressants. Bravo. (attention, "véto" c'est un vétérinaire, et à moins qu'elle ne veuille t'euthanasier, les mots en latin comme "veto" ne prennent pas d'accent)
    2
    laura
    Mardi 1er Août 2006 à 10:35
    interessant
    ton poême est très original et je l'aime bien...jte nommerai bien président moi avec ce ke tu as écrit :) bonne continuation
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :