• Amour, je t'haine.

    Ils sont à plaindre ces amants,
    Ils sont à chaque bout de trottoir,
    Ils se dirigent inconsciemment,
    Comme un troupeau à l'abbatoir.

    On leur a vanté l'idéal,
    L'apothéose, la joie immense,
    Sans leur parler du principal,
    La vie à deux n'est que souffrance.

    Un couple est toujours en instance,
    Si on ne veut les déranger,
    Il y aura comme non assistance,
    A deux pauvres personnes en danger.

    Quand on sait tout le mal qu'il sème,
    Vaut mieux fuir ou rester de glace,
    Lorsque quelqu'un nous dit : je t'aime,
    Car c'est bien la pire des menaces.

    Si avec l'amour, je suis brute,
    Je loupe peut-être une fin heureuse,
    Tanpis, je sais qu'au moins ma chute,
    En sera moins vertigineuse.

    Penser l'amour sans couleur,
    Voir tout en noir, m'aura permis
    De panser les plaies, les douleurs,
    De mes pauvres rêves endormis.

  • Commentaires

    1
    Dimanche 8 Juillet 2007 à 10:59
    tous les poèmes
    Bonjour racbogoss, tous vos poèmes déclament la douleur d'aimer jusqu'à la terreur même. J'aime beaucoup votre style et ce registre-là si un jour vous avez envie de venir faire un tour dans mon forum j'en serais ravie. J'ai été édité cette année (une vrai édition) mon recueil s'intitule "Emotions essences de vie" il est à l'image de ce que je ressent ou ce que j'ai ressenti en amour. Peut-être aurons nous l'occasion de bavarder ensemble. Bien à vous Lunessences
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :