• Purger sa peine... de coeur.

    Dans le hall du commissariat,
    Où je patiente calmement,
    Je suis comme un de ces pariats,
    Prisonnier de mes sentiments.

    Ce n'est pas vraiment chose aisée,
    Je n'étais pas sous la contrainte,
    Mais tu m'as bel et bien lésé,
    C'est pour ça que je porte plainte.

    Tu m'as dérobé mon amour,
    Tu m'as volé mes illusions,
    Fais disparaître en un seul tour,
    Tous mes jolis rêves de fusion.

    Tu m'as ôté ma dignité,
    Dépouillé de toute mon âme,
    Privé de mon humanité,
    Et même éteind toute ma flamme.

    Pas besoin d'interrogatoire,
    Ni même de confrontation,
    Ca n'était pas alléatoire,
    Il y a eu préméditation.

    C'est sûr tu n'as pas d'alibi,
    Tu n'iras pas en cassation,
    Mon amour propre tu l'as sali,
    En t'appropriant ma passion.

    L'amour est une garde à vue,
    Où l'on se contente de nier,
    Quoi qu'il arrive c'est une bévue,
    On fini menottes aux poignets.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :