• Je me souviens.

    <?xml:namespace prefix = v ns = "urn:schemas-microsoft-com:vml" /><v:line id=_x0000_s1026 style="Z-INDEX: 251661312; LEFT: 0px; POSITION: absolute; TEXT-ALIGN: left; wrap-distance-left: 0; wrap-distance-right: 0; position-horizontal-relative: text; position-vertical-relative: text" from="-83.75pt,730.15pt" to="480.75pt,730.15pt" o:allowincell="f" strokecolor="#6d6d80" strokeweight=".95pt"><?xml:namespace prefix = w ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:word" /><w:wrap type="square"></w:wrap></v:line>Je me souviens, je me rappelle, ces instants de bonheur cachés,
    Je me souviens, je me rappelle, ces petits bouts de vie sachez,

    Que lorsque l'hiver apparaît, on veut tous croire au père Noel,
    Apparemment, à c'qu'il paraît, il n'est pas si artificiel.
    Autant on pourrait s'hasarder, ou s'attarder assez longtemps,
    Il faut juste savoir garder, en vérité son âme d'enfant.
    Je me souviens de mon enfance, sans offenser qui que se soit,
    Ou même si j'étais sans défense, j'étais dans un cocon en soie.
    Les jeunes naissent et veulent très vite, à leur insu de'vnir adulte,
    De cette jeunesse prendre la fuite, mais n'évitent pas les insultes.
    Je me souviens, moi pauvre con, qui en errant considérait,
    Quoi qu'il en soit, qu'j'avais raison. je n'étais qu'un con sidéré.

    Je me souviens et je le slame, je me rappelle et je l'exclame.
    Je le proclame comme un seul homme, comme un sale môme qui le slalome,
    Tandis qu'j'le clame comme un bandit, grandit a la vue de sa lame,
    Tandis que Salam elle te dit, la jeunesse brandit son lance-flammes.


    Je me souviens, je me rappelle, ces instants de bonheur tâchés,
    Je me souviens, je me rappelle, ces petits bouts de vie fâchée.

    Je me souviens c'était hier, trop fier pour le confier,
    A un proche ou à un tiers, mais de nos jours à qui se fier ?
    On se défie, on se méfie, des filles et ça ça tombe sous l'sens,
    Science innée, cette défi-ance en fini de l'innocence.
    Et sans s'presser, sans s'agresser, on perd ses souvenirs d'enfance,
    On devient stressé, oppressé et pour un rien on perd patience,
    Je me souviens, je me revois, le coeur serré et hésitant,
    Récitant d'une fluette voix, des flots d'leçons à mes parents,
    Qui je me souviens étaient là, avec un accent et un « s »
    Ecoutant tout mon charabia, calmement et avec sagesse.

    Je me souviens et je le slame, je me rappelle et je l'exclame,
    Je le proclame comme un seul homme, comme un sale môme qui le slalome,
    Tandis qu'j'le clame comme un bandit, grandit à la vue de sa lame,
    Tandis que Salam elle te dit, la jeunesse brandit son lance-flammes.

    Je me souviens, je me rappelle, ces instants de bonheur hachés,
    Je me souviens, je me rappelle, ces petits bouts de vie gâchés.

    Je m'croyais majeur vacciné, j'n'avais pas besoin de rappel
    Aujourd'hui j'en suis bassiné, déraciné je me rappelle,
    Et tous ces souvenirs gravés, j'en ai vraiment plus qu'à la pelle,
    Même si certains sont des navets, ils restent présents à l'appel
    Ils vont p'être vous en faire baver, comme lorsqu'on roule sa première pelle,
    Mais tous ces souvenirs délavés, on s'en souvient, on s'en rappelle.


  • Commentaires

    1
    Mercredi 27 Décembre 2006 à 20:56
    Magnifique
    Très beau texte,plein de sensibilité..Et cette nostalgie d'enfance que nous avons tous...Dur de grandir..
    2
    Lundi 1er Janvier 2007 à 16:00
    Bonne année rach !
    J' peux pas partir sans te faire un coucou quand même ! Gros bisous de So et à bientôt
    3
    Mardi 2 Janvier 2007 à 07:25
    bonne année
    également à toi aussi.
    4
    Mardi 2 Janvier 2007 à 11:44
    Bonne à nez !
    bonne à tétés, bonne à ce que tu voeux ! Un peu de mal à slalomer entre tes octos des fois avec e muet des fois sans, mais quand on a trouvé le rythme, putain c'est bon. Merci ! Eh So. pour tu t'esbignes à mettre un h à RacH, le hash c'est au Maroc que tu vas le trouver ! Bon, quant à toi Rac, va voir un oeu là-bas si j'y suis : http://www.lapassiondespoemes.com/?action=userinfo&ID=5180 site de poésie où tu ferais belle figure. Je t'invite à y ouvrir un compte. Bizzz et bonne à rien tiens ! JB
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :