• Claustrophobie dans tous les sens.

    Nos sens craignent la solitude,
    Les enfermer n'a aucun sens,
    Leur offrir un peu d'altitude,
    Serait juste reconnaissance.

    Nos yeux, à tort ou à raison,
    Détestent quand ils perdent de vue,
    Le moindre quelconque horizon,
    Ils préfèrent l'avoir bien en vue.

    L'ouïe n'entend pas y couper,
    L'enfermement sonore, l'effraye,
    Pour élargir son acuité
    Elle doit ouvrir grand les oreilles.

    Mais quand est-il vraiment du goût,
    Il veut goûter à tout au juste,
    La liberté, il l'y a prit goût,
    Car dans l'isolement, il déguste.

    L'odorat aime à ressentir,
    Des choses aérées, parfumées,
    Le nez souhaite avant tout sentir,
    Qu'il est libre et non enfermé.

    Quant au toucher, il nécessite,
    Pour se sentir bien dans sa peau,
    Qu'il puisse s'égarer, prendre la fuite,
    Au risque d'y laisser la peau.

    Nos sens ont peur d'être réduits,
    A leurs fonctions les plus sommaires,
    De cette frayeur, je déduis,
    Que ce ne sont pas des chimères.

    Cette phobie d'être trop clos,
    Ce n'est en fait que du bon sens,
    Claustrophobie duquel éclos,
    Ce qu'on appelle le sixième sens.

  • Commentaires

    1
    Vendredi 8 Décembre 2006 à 13:02
    Je le sentais venir...
    ...ce sixième sens ! Bien vu... Merci pour tes arrosages fertiles chez moi, rach... Je t' embrasse
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :