• Aveuglé.

    Je l'ai vu dès l'premier coup d'oeil,
    Que tu avais de jolis yeux,
    C'est sûr tu m'avais fait de l'oeil,
    C'est évident, ça crêve les yeux.

    Depuis ce jour, je t'ai à l'oeil,
    Je te le dis entre quatre yeux,
    Sur toi j'ai juste jeté un oeil,
    Et là ça me sautait aux yeux,

    Car je n'en fermais même plus l'oeil,
    Je ferais tout pour tes beaux yeux,
    Aussi rapidement qu'un clin d'oeil,
    Je te l'avoue dans l'blanc des yeux.

    Mais ce putain de mauvais oeil,
    Me l'a dit les yeux dans les yeux,
    Qu'entre nous c'était oeil pour oeil,
    Que je te sortais par les yeux.

    J'en croyais rien, j'disais : mon oeil!
    Je succombais à tes doux yeux,
    Mais grâce à lui, bon pied, bon oeil,
    J'ai pu enfin ouvrir les yeux.

    Je me mettais le doigt dans l'oeil,
    Sans distinguer qu'j'étais leurré,
    Car de mon sort, tu t'en bas l'oeil,
    Je n'ai plus qu'les yeux pour pleurer.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :